Abonnez-vous a notre fil d actualité RSS

Journée des professeurs et professeurs en formation - 20 mars 2016

Journée des professeurs et professeurs en formation 20 mars 2016

 

Une belle journée, à la veille du printemps, qui a rassemblé 26 professeurs des régions de Bretagne et de Pays de la Loire, au CREPS de Nantes. Elisabeth REMY était la Formatrice IFY invitée cette année. Son intervention portait sur le thème du Pranayama, « Souffle, Santé, Vitalité ».

« Pour partager l’expérience de ce souffle qui, Selon l’humeur, change.
Respirer avec aisance et liberté,
Relier l’extérieur et l’intérieur,
Sentir l’énergie nous animer,
Eprouver notre profondeur… »

Apprivoiser ce souffle pour qu’il nous serve à protéger notre santé, pour qu’il nous apporte cette nourriture qui nous anime et nous maintient en vie,
« respirer, c’est vivre ».

  • Le Son

Le chant d’un mantra a ouvert cette journée : om ayur dehi, une demande de protection concernant notre santé.

3 autres mantras ont été semés dans la pratique du matin, pour faire appel aux différents aspects du souffle vital :

Om pranam dehi en lien avec le souffle PRANA
Om apanam dehi en lien avec le souffle APANA
Om vyanam dehi en lien avec le souffle VYANA
 
Associés à la pratique des postures, ces mantras d’abord chantés à haute voix puis mentalement, ont favorisé un allongement de l’expiration et une concentration qui s’est installée progressivement.

Elisabeth REMY nous indique que le Yoga du Son, Nada Yoga, doit être utilisé dans le respect des personnes. Certaines ne sont pas à l’aise avec le chant des mantras et même avec le chant des voyelles. Il est important de rester dans AHIMSA, le principe de non-violence dans son enseignement.

De plus, les vibrations produites par le chant, traversent les différents plans (physique, énergétique, émotionnel, mental…) et viennent toucher directement la personne dans son Etre.
 
  • La pratique du matin

La pratique du matin a permis à chacun d’expérimenter différentes techniques et de vivre certains états de détente et de concentration, résultant de ces régulations du souffle.

Cette expérience s’est ensuite transformée en échanges riches autour des YOGA SUTRA de Patanjali en lien avec le Pranayama.

Les Sutra I 34, II 49, II 50, II 51 et II 52 ont été revisité en sous groupes.

Elisabeth REMY a apporté des points de vue sur la lecture de ces textes qui ont orienté nos réflexions :

Le I 34 et le II 50 peuvent décrire le Pranayama comme un moyen et une méthode pour atteindre un état de « non pensé » en lien avec le sutra I 2 CITTA VRITTI NIRODHA.

D’autres en donnent une définition comme le II 49.

Et enfin, le II 51 et le II 52 nous indique les résultats du pranayama.

« On enlève ce qui cache la Lumière »

A l’image du diamant qu’il faut polir pour qu’il brille, le pranayama et le chant érodent les grains de sable à sa surface.
Ils permettent de sortir de nos projections, de voir les choses différemment.

Extraits des échanges :

BAHYA ABHYANTARA
 
Elisabeth REMY insiste sur le fait de travailler d’abord sur l’Expiration avant l’Inspiration.

En effet, l’Inspiration symbolise notre relation au monde, ce que l’on fait entrer en soi. Cette énergie qui donne vie et nous anime dans cette zone de notre thorax, KURMA NADI, qui est aussi une zone émotionnelle. Il faut que la personne à ce niveau soit suffisamment stable pour pouvoir accueillir cette énergie car elle peut aussi animer les VRITTI, nourrir l’agitation mentale, le volontarisme et l’égo.

L’Expiration représente ce que l’on fait sortir de soi, PRACCHARDANA ,« vomir » les choses qui nous engluent, qui sont lourdes et qui nous encombrent.
Le Yoga nous aide à nettoyer, à purifier notre corps et notre mental pour diminuer les causes de nos souffrance, en portant sur notre vie un autre regard.

Le travail sur le souffle doit lui permettre de se déployer dans nos espaces intérieurs pour que nous puissions mieux habiter « notre maison », notre corps.

Au niveau des asanas, toutes peuvent se faire sur l’Expiration mais pas sur l’Inspiration. Ce dernier augmente la pression interne et dans certaines positions cela peut faire plus de mal que de bien.
Ex : Torsions et étirements latéraux que sur l’Expiration pour protéger la colonne vertébrale.

• STAMBHA
 
Sur les temps de retentions poumons vides en particulier, Elisabeth REMY nous invite à ne pas utiliser le mot blocage et parle plus de « se poser quelque part ».

Le choix des mots dans le guidage d’une pratique est important. Les mots ont un pouvoir. Ils créent des résonnances au niveau corporel et mental (souvenirs, émotions…). Il vaut mieux quelques fois se taire, faire silence pour que l’expérience se fasse.

Au niveau technique :

Les KRAMA d’abord corporels puis respiratoires permettent d’installer ces temps de suspensions.

Le décalage mouvement et souffle permet aussi de mettre en place les temps de suspensions et de renforcer de la présence dans certains lieux corporels.
Ex : APANASANA sans les bras, démarrer l’expiration avant le geste et garder le temps poumons vides.
Cela amène à vivre cette posture différemment en évitant d’enrouler les lombaires. On se protège et on renforce sa base.

Ces techniques favorisent le déploiement du souffle dans certains lieux du corps et y amènent de la conscience.

La formatrice nous indique l’importance de travailler le pranayama sur le corps en mouvement avant d’aller vers une pratique en assise.
Elle évoque aussi une autre possibilité, faire du pranayama couché sans les mains sur les narines en visualisant la circulation du souffle.
 
• SUKSHMA
 
Le point le plus important, garder un souffle subtil.

En effet, nos erreurs sur la pratique du pranayama se traduisent par un souffle raccourci, bruyant et un rythme cardiaque qui s’affole.

• Le 4e Pranayama
 
C’est un état. On ne peut le décrire avec des mots.

Pour s’en rapprocher on peut dire que c’est un état dans lequel le souffle s’écoule avec une certaine présence sans volonté.

Une pause déjeuner conviviale a permis de poursuivre ces discussions entre professeurs.

  • Pratique de l’après-midi

L’après-midi, Elisabeth REMY a proposé une réflexion autour de la mise en place d’une progression, un VINYASA KRAMA, dans l’approche du Pranayama en cours collectifs.

Cela a été suivi d’échanges autour de son expérience d’enseignante et de sa façon d’aborder les différentes techniques.

Les professeurs ont pu y trouver de nouvelles pistes de réflexions autour de l’approche du souffle et aussi enrichir leurs palettes d’expériences pour « nourrir » à leur tour leurs élèves.

Extraits des échanges :

La respiration par le nez :
 
Proposer une argumentation pour donner du sens : filtres naturels, réchauffe l’air, la bouche est l’organe de l’alimentation…
Rassurer les personnes.

Prendre conscience de sa respiration : mouvement de l’Inspiration et de l’Expiration.
 
• Faire découvrir l’Expiration.
 
Mouvement du souffle qui amène la détente corporelle et mentale.
Se rapprocher de sa symbolique, « faire sortir de soi, vider, se séparer… ».
 
• Amener de l’harmonie et de la fluidité dans la coordination des gestes et du souffle
 
• Placer l’orientation du souffle, Prana et Apana :

Inspiration qui descend et Expiration qui monte en suivant l’axe de la colonne vertébrale.
 
• Faire découvrir les temps de suspension.
 
D’abord le temps de rétention poumons vides, le plus facile.
Puis le temps de rétention poumons pleins, mais attention, ne pas aller trop vite.
Prudence sur le temps plein pour éviter des risques physiologiques dû à l’augmentation de la pression interne et le réveil de la volonté, des VRITTI.
 
• Pour le comptage des différentes phases de la respiration, on peut commencer par réciter un mot ( 1fois, 2 fois,3 fois…), les notes de musique, les jours de la semaine puis les chiffres, les mantras … Créer des progressions. Tout cela en restant dans le confort et le subtil.

Ne pas oublier que la Tradition du Yoga que l’on enseigne vise l’APAISEMENT et la STABILITE.

La pratique de fin d’après midi a clôturé cette journée dans la détente et la bonne humeur.

Merci à Elisabeth REMY pour ce temps riche d’expériences et d’enseignements.
 
Mitsuko LESPAGNOL