T.K.V. Desikachar, une histoire de transmission

«Il y a déjà urgence à transmettre la tradition solide et vivante de Desikachar»

Urgence à transmettre la tradition solide et vivante de Desikachar

« Avant même que T.K.V. Desikachar ne quitte ce monde, mais alors qu'il était déjà très malade et ne pouvait plus enseigner depuis quelques années, l'idée de témoigner de ce qu'avait été le fait de le rencontrer, de travailler avec lui, m'est apparue essentielle.

J'en ai fait part à Béatrice Viard. Ceux qui ont côtoyé de près et pendant longtemps ce professeur représentatif d'une tradition solide et vivante, cet homme si marquant, sont eux-mêmes en train de vieillir, voire de disparaître, et il y a déjà urgence. »

« Il ne s'est pas agi dans ce livre d'en parler sur le ton d'un éloge dithyrambique, et pourtant les différents témoignages convergent pour donner la mesure de cet être rare qui, en dépit des résistances rencontrées autour de lui, a œuvré à éveiller chez ses élèves des vocations de passeurs entre Inde et Occident. »

Le projet de livre

J'ai reçu cette proposition de Laurence Maman au tout début du mois de mars 2016 et je l'ai accueilli avec enthousiasme. Peter Hersnack, alors hospitalisé, a été le premier à qui j'ai proposé de participer.

Il était mon ami, je savais l'attachement et la fidélité extrêmes qu'il avait pour Desikachar. Celui-ci l'avait formé au Yoga à Madras dans les années 1970-1975.
Leur relation de profonde amitié est restée vivante pendant quarante-six ans et les conditions du retrait progressif de T.K.V. Desikachar dans les dernières années l'affectaient profondément.

Peter m'a soutenue dans ce projet, dans lequel j'espérais aussi qu'il trouverait un support pour traverser l'épreuve qui était la sienne. Les choses en ont été autrement.

Peter est parti pour un autre monde trois semaines plus tard, le 25 mars, et les textes signés de lui qui figurent dans le livre, nous ont été confiés par Colette Hersnack.

Je me suis adressée ensuite à ses premiers élèves français et belges, qui se rendaient régulièrement près de lui à Madras, certains depuis 1965, et, guidée par Laurence Maman, à d'autres élèves, auprès desquels elle a bien voulu m'introduire.

Desikachar s'est éteint quatre mois plus tard, au petit matin du 8 août 2016 à Chennai. J'avais déjà interviewé Claude Maréchal et reçu un écrit de Sriram – deux de ses élèves de la première heure. J'ai reçu aussi toutes sortes de documents d'archives, qui sont réunis dans un cahier central d'une cinquantaine de pages.

Le livre est sorti en juin 2017, pour les Rencontres nationales de l'IFY. Il réunit 22 témoignages, dont un de la fille de Desikachar, Mekhala.
Bien sûr, la liste n'est pas exhaustive : j'ai contacté ceux que je connaissais et ceux vers qui Laurence Maman m'a introduite. Tous n'ont pas non plus répondu positivement à mon appel.

Quand T.K.V. Desikachar était encore vivant, la conscience de la source était vive

L'urgence ne m'apparaît que maintenant que le livre est fini. Pour ceux qui ont été ses élèves, pour ceux qui ont été les élèves de ses élèves, du temps où T.K.V. Desikachar était encore vivant, la conscience de la source était vive : Desikachar avait fondé le Krishnamacharya Yoga Mandiram – K.Y.M.

Il y enseignait et recevait des patients avec toute une équipe soudée autour de lui, dont sa femme, Menaka, dans l'ombre du grand yogi vieillissant, auprès duquel il a vécu jusqu'à la mort de celui-ci.
Nombreux sont ceux qui ont eu l'occasion de rencontrer Desikachar lors de ses voyages en Europe et des séminaires ou conférences qu'il animait ou de se rendre en Inde, au K.Y.M pour y étudier.

Maintenant, une époque est révolue. Krishnamacharya est décédé en 1989, T.K.V. Desikachar en 2016. Entre-temps, deux des élèves du grand maître étaient partis : B.K.S. Iyengar le 20 août 2014 et Pattabhi Jois le 18 mai 2009.

Le beau documentaire de Jan Schmidt-Garre, Le Souffle des dieux, relate un Yoga d'un temps révolu, un Yoga d'il y a cent ans, enseigné à des jeunes Indiens destinés aux plus hautes carrières militaires et politiques. T.K.V. Desikachar n'y figure pas car il était déjà souffrant et son fils a préféré qu'il en soit ainsi.

Or, après son installation à Madras, à la fin des années 1940, l'enseignement de Krishnamacharya n'a cessé d'évoluer en résonnance avec les changements de la société elle-même et de ceux qui s'adressaient à lui.

Un enseignement de Yoga novateur

Il a enseigné aux femmes et aux Occidentaux, ce qui était totalement novateur par rapport au monde ancien.

Il a enseigné aux Indiens d'un monde en pleine transformation, introduit la respiration dans les postures, sans doute sous l'effet d'un changement de la capacité respiratoire qui accompagnait un changement de mode de vie et mis l'accent sur l'enseignement individuel qu'il plaçait au-dessus de tout autre, montrant bien à quel point le Yoga doit être toujours une réponse à une question particulière, chaque personne étant différente.

Desikachar a vécu près de son père toute cette deuxième partie de sa vie et, à partir du milieu des années 1960, a transmis à nombre d'Occidentaux ce Yoga adapté à son époque.

Ceux qui se sont rassemblés en 1982 pour promouvoir cet enseignement ont fondé une Fédération qu'ils ont appelée : Fédération française de Yoga Viniyoga, mot qui désignait cette exigence d'adaptabilité du Yoga à la situation présente. Ceci est le grand défi de Yoga, car le présent est par définition ce qui change tout le temps.

Krishnamacharya est mort depuis vingt-huit ans, Desikachar depuis près d'un an. Peter Hersnack qui a inspiré tant d'élèves par sa recherche si créative et si fidèle à la fois est parti lui aussi.
Ce livre ouvre la voie à cette fine et périlleuse recherche qui consiste à rester fidèle à une source.

Soyons attentif. Une source ce n'est pas une citerne. C'est vif, ça bouge, ça se renouvelle sans cesse, et pourtant l'eau y a toujours le goût inimitable de la terre et des roches qui l'enfantent.

Par Béatrice Viard

T.K.V. Desikachar, une histoire de transmission, Les Cahiers de Présence d'Esprit

Peut être commandé sur le site : envoi gratuit à partir de 8 ex.,
ou par courrier à : Les cahiers de Présence d'Esprit, 28 cours Maurice Trintignant, 84290 Sainte-Cécile-les-Vignes

Une version en langue anglaise sera bientôt téléchargeable sur le site des Cahiers