Yoga en entreprise : à la recherche du second souffle

La dernière décennie a été le théâtre de bien des transformations économiques et sociales, et, s'il en est bien une qui suscite étonnement et perplexité, c'est la perméabilité de l'entreprise à des disciplines telles que la méditation en pleine conscience ou le Yoga

Yoga en entreprise, à la recherche du second souffle

Charmante excentricité, effet de mode...

Si, sur le plan du vocabulaire, l'association des mots "Yoga" et "entreprise" peut sembler incongrue, il n'en demeure pas moins que la greffe a bien pris et le Yoga est désormais légitimé.

Les couples d'opposés jalonnent les Yoga-sutras de Patanjali (abhyasa/vairagyam, sthira/sukham...) et il est important de se rappeler que le Yoga nous enseigne la complémentarité, pas le clivage.

Si l'on essaie de comprendre ce qui a favorisé son expansion dans les entreprises, on s'aperçoit qu'il y a eu véritablement un florilège de tendances convergeant toutes et créant ainsi un terreau favorable pour le Yoga : appétence de la société pour la santé et le bien-être, occidentalisation du Yoga, prévention des risques psycho-sociaux et des troubles musculo-squelettiques dans le monde du travail...

C'est aussi le monde de la médecine, des neuro-sciences et du sport de haut niveau qui ont, pour leur part, cautionné cette discipline millénaire.

L'entreprise est devenue une grande malade, souvent à bout de souffle : malmenée par des réorganisations trop fréquentes et insuffisamment accompagnées, il en résulte des points de douleurs humains et systémiques plus ou moins révélés ; courant éperdument après un rythme endiablé d'innovations et la recherche de toujours plus de compétitivité, elle s'épuise ; hyper connectée, friande de Big Data, c'est la submersion et la saturation par l'information...

Les femmes et les hommes de l'entreprise sont tout simplement sous tension, souffrant dans leurs capacités d'attention et de concentration, ballottés par un mouvement général de dispersion et de culture de l'urgence, de communautés virtuelles, de lieux et méthodes de travail incessamment reconfigurés, "labellisés".

Dans un environnement finalement moins prévisible que jamais, la liste des "bobos du boulots" ne cesse de s'allonger : mal de dos chronique, stress, dépressions, troubles de l'attention, burn out...

Alors, que vient faire et que peut faire le Yoga dans ce contexte ?

Aujourd'hui finalement, la grande question posée par le Yoga en entreprise est avant tout une question d'éthique.

Si l'on met en perspective le Yoga depuis ses origines avec le monde moderne de l'entreprise, on constate avant tout qu'il est passé d'un mode initialement circonscrit en Inde et aux hommes à une véritable démocratisation dès le début du 20ème siècle avec de grands maîtres comme T. Krishnamacharya, puis à une transmission accélérée dans tout l'Occident avec typiquement T.K.V Desikachar ou B.K.S Iyengar.

L'introduction dans le monde de l'entreprise peut donc à priori être abordée comme une continuité assez naturelle de ce mouvement.

Y a-t-il alors lieu de craindre de compromettre les valeurs du Yoga dans l'enceinte de l'entreprise ?

Le Yoga sera compromis si on est dans avidya, dans la méprise, la confusion, si on cherche à le faire apparaître ou si on le prend pour ce qu'il n'est pas, c'est à dire une méthode magique, instantanée et imparable, génératrice de résultats et de performance.

Les problèmes d'éthique peuvent se poser là, sur le plan de l'usurpation d'identité du Yoga ou sur la volonté de camouflage des véritables problèmes organisationnels ou managériaux de l'entreprise.

En revanche, le Yoga est parfaitement intègre et à sa place dans l'entreprise car il lui offre l'opportunité de reconfigurer ses liens avec ses salariés et entre ses salariés par une nouvelle approche, un travail de fond. Il est contre posture et espace de respiration.

Parler d'amélioration des capacités intellectuelles, de performances accrues grâce au Yoga, ce n'est pas le pervertir si on pense en réalité à toutes les valeurs qui vont pouvoir être véhiculées dans l'organisation à travers le Yoga : les attitudes relationnelles (yama), l'effort juste (prayatna), le contentement (samtosa), la connaissance juste (pramana)...

Sans compter sur les nombreux bienfaits sur la santé physique pure (renforcement du dos, irrigation du cerveau...).

T.K.V Désikachar ne nous dit-il pas que ce n'est pas à la personne de s'adapter au Yoga mais au Yoga de s'adapter à la personne ?

Refuserait-on d'enseigner le Yoga à un élève qui viendrait à un cours dans l'objectif d'améliorer ses capacités de concentration au travail ou visant la parfaite maîtrise d'une posture ?

N'oublions pas que nous enseignons un Yoga respectueux de la personne et adaptant les séances et postures à chacun, tenant compte de toutes ses caractéristiques. L'entreprise, organisation humaine avant tout, ne doit pas en être exclue.

S'il faut passer par une communication orientée performances et capacités, nous n'instrumentalisons pas le Yoga dès lors où nous sommes au clair avec ce qu'il est : nous lui permettons simplement de se décliner dans l'entreprise comme vecteur de réconciliation économique et social.

Le Yoga en entreprise, c'est créer de la valeur autour de l'humain et de l'intelligence collective, c'est faire émerger un espace de bien-être permettant de sortir des approches organisationnelles et managériales traditionnelles.

L'entreprise, organisation humaine avant tout, a un corps, un esprit et un souffle. En cela, elle a besoin d'un corps souple et fort, d'un mental clair et confiant et d'un souffle porteur d'énergie vitale.

Pour tout cela, le Yoga en est une réelle opportunité pour l'entreprise de réaliser avec du sens et un support.

Des hommes et des femmes meilleurs feront, quoi qu'il en soit, une entreprise meilleure.

Agnès Grange
Professeur IFY

postures Yoga