A venir : le
Abonnez-vous a notre fil d actualité RSS

Le yoga? pour respirer!

 Respirer, une action que nous faisons naturellement sans y penser souvent .Voilà, une fonction du corps qui pour la plupart d'entre nous ne pose pas de problème. on peut avoir une migraine, du mal à digérer, des rhumatismes dans le genoux, une maladie chronique... Mais on continue à respirer...Evidemment! pour vivre difficile de faire autrement.
Il faut se mettre à monter les escaliers en courant, marcher contre le vent, avoir un gros rhume ou nager une longueur de piscine sans sortir le bout d'une narine pour se rendre compte que c'est essentiel à notre survie et qu'il n'est pas aussi aisé qu'il en a l'air....L'air ... Justement, le langage courant est rempli d'expression qui en parle : "manquer d'air", ou ne pas en manquer ...avoir besoin d'air, prendre un bol d'air, plus trivialement : pomper l'air...Ou bien encore avoir "besoin de souffler", être à "bout de souffle", trouver" un second souffle"...Et encore :" laisser respirer l'autre", mentir comme on respire...
Ainsi chaque mouvement mécanique de nos poumons auraient un sens plus profond, comme un écho de bien/mal être dans la relation à nous même? une notion d'espace intérieur, mais aussi dans ce qui nous lie aux autres, au monde?
C'est dans ce questionnement que le yoga trouve sa place, par rapport à d'autres disciplines corporelles ou sportives. pour un coureur de fond, unn nageur par exemple, le souffle et l'oxygène qu'il apporte sont comme le carburant du corps qui accomplit une performance : avant de lui prêter une qualité on lui octroie une valeur quantitative : avoir du souffle.
Dans une pratique de yoga peu importe d'avoir du souffle, on tente d'être avec son souffle. Notre respiration est bien plus qu'une quantitié d'air, elle a d'abord une qualité : ressentons- nous un stress? sommes nous fatigués? nous sentons nous observés?sommes nous euphoriques ou tristes? En un instant le rythme respiratoire se modifie...Difficile d'inspirer ou d'expirer...Sommes-nous calmes, sereins, souriants? la tempête cesse. Avant que l'information n'arrive à notre mental qui va l'interpreter parfois (souvent?) fallacieusement, notre repiration instinctivement nous apporte la juste réponse. En prenant soin de l'entendre c'est un peu de lucidité, de clarté gagnées dans nos postures de yoga mais aussi dans toutes celles que nous prenons dans notre quotidien.
Cet espace intérieur à la fois vide et plein ne se vit pas seulement sur le plan physique. Mais aussi sur un plan "énergétique, puis psychologique. Dans une inspiration ou une expiration peuvent surgir des impressions associées à des émotions, elles même associées à es souvenirs que l'on croyait parfois avoir perdus.
C'est qu'une autre énergie entre en jeu : une énergie sensible, celle de la Vie. Comme le souffle que l'on croit entendre en collant notre oreille à un gros coquillage, il y a ce Souffle qui parcourt toute chose. Nous nous croyons "coupés", alors que nous ne cessons jamais d'être en reliaison avec l'univers. Comme par un fil nous voilà toujours entre inspir et expir reliés à la Vie. En venant au monde, le bébé fait le geste le plus important de sa vie : il inspire et "emprisonne " en lui à cet instant, physiquement cette parcelle d'Energie. le yoga nous invite au travers des asanas, à nous relier à cet instant primordial et à goûter la joie de ce "morceau" de Vie qui nous est confié.
Pratiquer le yoga, ce n'est pas seulement respirer consciemment pour se sentir mieux, c'est prendre conscience que nous sommes la Vie et la Joie, elle même.
Sylvie-Elisabeth Siegmann
 

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous êtes bien humain...
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.