Créativité et Yoga

Auteur: 
LE MASSON Philippe

Créativité et yoga

Quand Lina m’a proposé ce sujet je me suis demandé. Suis-je créatif ou pas dans ma façon de transmettre le yoga ? Je me dis de la tradition de Desikachar donc si je respecte la tradition et l’enseignement de mes professeurs, puis-je à mon tour faire preuve de créativité sans m’éloigner de ce que j’ai reçu ?
 
Créativité ou tradition ?
Il s’agit, de ne pas sacrifier le yoga sur l’hôtel de la créativité, mais en même temps de savoir proposer un enseignement vivant. Une fois encore nous sommes sur un fil. Le fameux entre deux du yoga ni trop ni trop peu. C’est rester traditionnel et libre en même temps. La créativité a sa limite là où s’arrête l’adaptabilité des postures. Je peux être créatif mais je ne dois pas ignorer les principes du yoga tant au niveau postural que dans la construction de séance.
Mais, s’enfermer dans les concepts et la tradition rendrait l’enseignement répétitif et ennuyeux. Renouveler ses séances demande constamment de l’inventivité. Respecter le rythme, les préparations et compensations et, l’objectif de chaque posture, permet de rester proche de la tradition mais laisse énormément de créativité. Innover ce n’est pas réinventer. Chaque posture a un concept, la séance un cadre et le yoga des textes. A nous de respecter tout cela, se croire meilleur que plus de 2000 ans de tradition est un écueil qui nous est très souvent démontré par la presse du yoga.
 
Garder un discours vivant !
Guider une séance ce n’est pas réciter une leçon apprise par cœur durant sa formation, mais c’est faire passer avec, et surtout, sans les mots, quelque chose de l’état de yoga. C’est dans ce discours, cette attitude de l’instant qu’est la plus grande part de liberté du professeur. Faire appel au yukti (ruse) pour induire sans dire. Le pratiquant est là pour ressentir, « apprendre quelque chose de lui-même» (Christiane Berthelet Lorelle psychologie magasine n°34). Le discours du professeur vient de son vécu du yoga et non d’une quelconque théorie, c’est en ce sens que ce parlé est vivant, incarné.
 
La relation créative !
Le yoga nous demande de réfléchir à notre attitude avec les autres mais il ne s’agit pas de faire du second chapitre des yoga-sutra un dogme. Nos relations doivent être bienveillantes et respectueuses. La singularité de nos élèves nous force à trouver la bonne attitude face à chacun. La posture relationnelle du professeur n’est pas dans l’imitation mais dans l’incarnation elle aussi.
 
Induire la présence à soit ne se trouve pas dans les livres, elle se vit sur le tapis. Transmettre cette présence s’apprend avec l’expérience et vient du désir de la partager.

 
Philippe Le Masson, professeur IFY